Alimentation : 5 conseils pour bien nourrir son chien

Tout comme la lutte contre les parasites internes (vers) et externes (puces, tiques…) et la vaccination, la gestion de l’alimentation contribue à maintenir le chien en bonne santé tout au long de sa vie. Voici 5 conseils pour bien nourrir son chien sans commettre d’erreur.

Alimentation de haute qualité : le gage d’une bonne santé

Une alimentation de mauvaise qualité, mal équilibrée peut être à l’origine de problèmes articulaires et de maladies : pancréatite, maladies cardiaques, rénales, obésité ou encore diabète, par exemple.

Cela impose alors un traitement et un suivi à vie pour nombreuses d’entre elles. Souscrire une assurance santé pour chien (Voir les détails de l’offre) telle que proposée par Bulle Bleue le plus tôt possible permet de faire face et d’être remboursé des frais vétérinaires parfois élevés en cas de maladie mais aussi d’accident et donc de pouvoir faire soigner son compagnon en gérant sereinement son budget santé.

De la tétée à la gamelle : le sevrage du chiot

De la naissance à 2 mois, le chiot se nourrit grâce au lait maternel. À 3 semaines environ, le chiot commence à laper du lait spécialement adapté. Un aliment de sevrage y est alors ajouté progressivement avant de passer à une alimentation liquide puis solide.

À 8 semaines, une fois le sevrage terminé, le chiot peut être nourri 3 fois par jour avec l’aliment solide du départ.

Alimentation industrielle ou ménagère ?

Certains maîtres optent pour l’alimentation ménagère (les petits plats maison) ou encore le régime Barf. Il ne faut pas dans ce cas hésiter à demander conseil au vétérinaire afin que les rations journalières soient bien dosées et éviter ainsi toutes carences ou tous surplus nocifs pour la santé de l’animal.

Une alimentation industrielle, principalement les croquettes, apporte dès lors qu’elle est de haute qualité (on parle parfois de « Premium ») tout ce dont l’organisme du chien a besoin sans qu’il soit nécessaire, sauf indication vétérinaire, d’ajouter de compléments alimentaires. Le chien n’a pas besoin de varier sa nourriture et celle-ci pourra évoluer dans une même gamme en fonction de son âge, son mode de vie, son activité, son état de santé.

Changer son alimentation de manière progressive

Si vous décidez de changer l’alimentation de votre chien pour une raison ou pour une autre, faites-le toujours de manière progressive afin d’éviter les troubles digestifs possibles. Pour ce faire, la ration du chien sera diminuée tous les 3 jours et sur une dizaine de jours environ en incorporant peu à peu le nouvel aliment à l’ancien. Les proportions seront inversées passant de 75 % du premier aliment/25 % du second les 3 premiers jours, à 50/50 % les 3 jours suivants, puis 25/75 % pour parvenir au final à 100 % du nouvel aliment.

Stérilisation et prise de poids : ce n’est pas une fatalité

Il est important de lutter contre le surpoids et l’obésité chez le chien. Après la stérilisation, qui permet de réduire le risque de maladies et de diminuer certains comportements indésirables, le chien peut effectivement grossir. Le risque n’est pas nul, mais ce n’est en aucun cas une fatalité. Tout d’abord, la ration journalière peut être ajustée.

Un aliment destiné aux chiens stérilisés/castrés peut être prescrit par le vétérinaire. La transition se fera avant l’intervention, ce qui permet d’éviter la prise de poids par la suite. L’important est également de maintenir une activité physique régulière, même si le chien dispose d’un jardin. Temps de promenades plus longs, parties de jeu, sports canins…. En termes d’activités, ce qui est bon pour le chien l’est aussi pour le maître !

Des friandise avec modération et prudence

Quel chien ne raffole pas des friandises ? Attention toutefois : les friandises doivent entrer en ligne de compte dans les rations ménagères pour ne pas favoriser l’embonpoint. Préférez les friandises spécialement élaborées pour les chiens et évitez les os de lapin et de poulet risquant de se planter dans la gorge, occasionner constipation, performation ou occlusion de l’estomac.

Bannissez les restes de table et prenez garde aux aliments toxiques. En premier lieu le chocolat (principalement le noir), très toxique pour le chien et d’autres aliments tels, entre autres : blanc d’œuf cru, pommes de terre crue, poisson cru, thon, choux, ail, oignons, échalotes, avocats, raisins frais et secs, groseilles, noix, noix de Macadamia, marrons, châtaignes, levures (pâte à pain/à tarte), sucreries, lait, café… Et, bien entendu les aliments périmés et/ou moisis..

Bien nourrir son chien en lui offrant une alimentation de qualité permet de le garder en bonne santé et évite l’apparition de troubles et maladies. Distribuer des rations équilibrées et ajustées, lui offrir l’occasion de se dépenser et le peser afin de s’assurer qu’il conserve son poids de forme sont des objectifs à se fixer.